Préliminaires !

Ce site se propose de trouver des solutions au problème de l’hyposténie vaginale.

Il est certain que l’hyposténie vaginale est culturelle, dont les répercutions sont immenses sur la vie des femmes et des hommes qu’elles aiment.

Il faut traiter de ce sujet à tous les points de vue : socialement, de la violence faite aux femmes, le bon-soin donné au nourrisson et à la prime enfance, de l’éducation parentale et écolière qui leur sont données, affectivement, physiquement et le reste. Oui, c’est un vaste programme, il est d’importance et le plaisir est au bout !

Généralement, l’hyposténie vaginale s’apparente à une simple perte du tonus musculaire du périnée et de la paroi vaginale : il s’agit là de l’hypotonie vaginale qui est une conséquence de la première. Nous proposons d’y inclure la dynamique manquante relative à l’amoindrissement de la perception vaginale.

Nous proposerons un descriptif du système sexuel de la femme et, comparativement de l’homme. Nous tenterons de trouver moyen de rétablir la sensibilité de l’accueil vaginal en proposant des exercices ou des dispositifs simples.

L’hyposténie vaginale ne relève pas seulement des forces qui sont plus ou moins perdues par l’organe sexuel vaginal, mais surtout des perceptions qui peuvent y être incomplètes ou absentes.

Le Littré :

HYPOSTHÉNIE [i-po-sté-nie]s. f. : Terme de médecine. Diminution des forces
HYPOSTHÉNIQUE [i-po-sté-ni-k’]adj. : Terme de médecine. Qui est relatif à l’hyposthénie. Substances hyposthéniques, substances auxquelles les rasoristes supposent la propriété de rabaisser l’énergie des forces vitales.
HYPOSTHÉNISANT, ANTE [i-po-sté-ni-zan, zan-t’]adj. : Qui hyposthénise. S. m. Les hyposthénisants. L’émétique est un hyposthénisant.
HYPOSTHÉNISER [i-po-sté-ni-zé]v. a. : Terme de médecine. Procurer l’hyposthénie.
Publicités
Publié dans Non classé | Laisser un commentaire